Kalbarri-ra bien qui rira le dernier

Le petit road trip avec Marine et Estelle, c’était juste parfait (rappel : nage avec des raies, beurre de cacahuète, Pinnacles, aveugle, etc.), mais trop près de Perth. Charlie (mon van) était presque frustré. C’est donc avec Marc, qui partage ma chambre depuis qu’il s’est fait viré de l’auberge pour une sombre histoire, que nous décidons de partir loin dans le nord, le sauvage : Kalbarri National Parc !

Le Z-Bend, à Kalbarri

Après avoir mis Charlie en condition voyage (gonflage des pneu, niveaux, draps, oreiller, essence, bières dans la glacière, glace dans la glacière, provisions, ipod), nous prenons la route, vers l’inconnu et au delà!

Comme dans toute aventure digne de ce nom, le chemin est semé d’embuches. Nous évitons donc les innombrables bêtes sauvages endémiques : les Kangourou. Ils se nourrissent quand il fait plus frais : la nuit donc. Et bien sur, quand ils vont au restaurant c’est en famille, et désormais civilisés, ils ont l’habitude de prendre une voiture pour aller au restaurant. Mais fort heureusement, Charlie ne craignant rien grace à sa roo-bar (pare-kangourou), il évita parfaitement un bon gros papa Kangourou un peu entreprenant.

Mais ce n’est pas la bête la plus sauvage que nous avions du affronté. Il y a pire : le policier rural du vendredi. En effet, le vendredi les australiens sont supposer aller au Pub. Or l’Australie est quasiment désertique, et les très peu fréquentées la nuit, pour cause de Kangourou. Les patrouilles policières s’ennuient. Par deux fois, j’ai donc du subir le coup du gyrophare, se garer sur le coté, permis, tour du Charlie, souffler dans le ballon, merci et bonne route. Très courtois, on sent qu’on leur a sauvé leur nuit d’ennui ! Pour l’anecdote, ce fut une première, je n’avais jamais eu à passer un test d’alcoolémie auparavant.

Plage de sandy cape

Enfin, après une nuit au désormais classique Sandy Cape, j’ai une nouvelle fois du affronter la raie le matin au réveil. Mais n’ayant pas mon masque et tuba, j’ai du écourter la nage en duo.

La route est longue, nous arrivons donc à Kalabrri en milieu d’après midi. Nous affrontons cette fois une route non-goudronnée de plus de 20 km, prîmes quelques photos de magnifique gorges, mais notre quête ultime serait d’affronter la terrible rivière qui coule au fond. Nous arrivons au chemin qui y descend au coucher du soleil. Vite, le temps presse, nous courrons, sautons à travers les rocher et là, surprise : le fameux Kangourou des rocher, une belle bête, sautillait lui aussi de rocher en falaise. Il a disparu sans que nous puissions prendre la moindre photo.
L’eau de la rivière fut agréable, bien qu’assez chaude et étrangement salée ! Nager en eau vive salée est très dépaysant. Le paysage est lui à couper le souffle.

On s'y est baigné

Retour au van. Nous pensions avoir échapper au Kangourou des rochers. Or, ce perfide nous a discrètement débranché la batterie. Après avoir envisager de devoir laisser Charlie et faire les 500 km de retour à Perth sous le soleil brûlant, nous trouvons enfin la batterie, et nous la réparons… avec un petit bout de carton.
Mais l’aventure continue. La nuit tombe et une nouvelle fois, les Kangourous en veulent à notre monture, et nous tentent des embuscades, évidement déjouer par notre cher Charlie. Nous arrivons, presque à sec, en ville où étrangement les stations services ont déjà baissé rideau. Nous apprenons par la suite que les Kangourous, vengeurs, ont été prévenir les autorités locales de notre arrivée. Ces dernières n’ayant pu nous coincer la veille, ont été naturellement accéder à leur demande en fermant arbitrairement toute station à 200 km à la ronde.

Fort heureusement, nous trouvons à Port Gregory un camping disposant d’une pompe de sans-plomb. Nous y passons la nuit, après une ratatouille et un bon beaujolais revigorant.

Le chemin du retour fut plus calme, mais tout autant agrémenté de merveilles de la nature, tel que le fameux lac rose de Port Gregory.

Lac rose (couleur naturelle)

Enfin, après toutes ces aventures, quoi de mieux que de faire du snowboard? Et hop, direction les Alpes. Charlie a un peu de mal dans les lacets de l’Alpe d’Huez, mais on peut enfin gouter à la poudreuse bien fraiche avant le coucher du soleil. (En vrai, retour à Lancelin Dunes, avec cette fois une vraie sand board!)

L'important, Msieu Dusse, c'est le planté de bâton

Le retour de la question mystère :

Entre Port Gregory et Kalbarri se trouve :
1 – le deuxième plus grand pays d’australie
2 – la deuxième plus grande fabrique de Vegemite du monde
3 – la deuxième plus petite ville d’Australie
4 – la deuxième route la moins fréquentée d’Australie

Publicités