Arrivée à Sydney

Oui, j’ai beaucoup de retard pour ce blog. Donc nous faisons ensemble un saut dans le temps vers fin Février. La start-up dans laquelle je travaille décide de déménager à Sydney. En effet c’est mieux pour les affaires, bassin d’emploi plus important, investisseurs…

Comme je n’avais pas encore vu la côte-est, c’est l’occasion.

Un opéra?

Quelques heures d’avions plus tard, nous traversons le continent pour arriver sur la côte pacifique.

Le monorail et la tour de sydney

Premières impressions : ce n’est plus l’Australie. Disons que c’est une très grosse mégalopole, la plus ancienne des villes australienne. Le contraste est violent avec Perth, qui bien que dépassant le million d’habitant, ressemble à une petite ville de province par rapport à Sydney.

Newtown

Je m’installe à Newtown, le quartier bobo, LGBT, artiste de Sydney, c’est très animé et bonne ambiance. On dit que c’est le quartier des « Hipster » ici.

Le problème c’est la pluie, je passe d’un soleil interminable avec les températures écrasantes de la cote ouest à une pluie incessante… Pendant un mois, je n’ai quasiment pas pu visiter Sydney. C’est très exceptionnel paraît-il.

Pluie

Donc pour l’instant, sentiments un peu réservé. Une fois le soleil revenu, j’aime bien l’atmosphère Sydney, mais ce n’est plus l’Australie sauvage et désertique que je m’imaginais. La nature est déjà à plusieurs heures de route d’ici…

Culture ! (Télévision)

Je ne regarde quasiment jamais la télé, mais c’est la culture australienne. La salle télé de mon backpack est bien agréable par temps de pluie et on y capte bien le wifi. Je suis donc tombé sur « My Kitchen Rules ». Les australiens sont fan. Alors, c’est facile, c’est un copier-coller exacte de « Un diner presque parfait ». Alors je vous ai trouvé un petit extrait plein de gros stéréotypes australiens, des « mates » à la fin de chaque phrase, des barbecues et de la bidoche. Bref, c’est fun, mais désolé, c’est en anglais.

Publicités