Encore Darwin

Et j’ai même été invité hier chez eux pour une soirée! Bref j’ai été directement adopté et je suis encore plus content d’avoir choisi le couch surfing pour ainsi être avec de vrais locaux! « J’irai dormir chez vous » qu’il dit l’autre à la télé. Et bien c’est ça!

Donc il s’agit d’une famille un peu recomposé, avec des adoptions (j’ai rien compris… l’accent n’aide pas). Tous en partie aborigène ou indigène du détroit de Torres (autre peuple indigène d’australie). Je suis donc tombé dans la 3e catégorie d’aborigènes australien:

  • ceux qui vivent dans les réserves, et qui ont plus ou moins gardé leur mode de vie (avec la télé en plus, bien sur)
  • ceux qui sont devenu clochard et ivrognes (malheureusement il y en a plein à Darwin, mais je prend pas de photos, cela me parait un peu déplacé)
  • ceux qui se sont complètement occidentalisés (la famille de Brook, donc)

D’ailleurs, ils sont plutôt blancs je trouve… de prime abord, j’aurais plutôt dit d’origine latine. Voila, donc super soirée, j’ai apporté une quiche que j’ai fait avec les moyens du bord, mais j’ai eu mon petit succès. Une autre couchsurfeuse est arrivée chez Brook. Bref, c’est le couchsurfing.

J’ai aussi appris plein d’argots et de trucs du coin:

  • Wranker = Branleur
  • Common Whore : la voiture la plus commune c’est la Holden Commodore, mais c’est tellement commun qu’on dit « Common Whore » (littéralement: « pute commune », classe…)
  • A.J. = Army Jerk. Un trouffion quoi. Mal vus par les locaux car ils piccolent, se plaignent, s’ennuient, cherchent des « filles ». Caractéristiques principales: cheveux très au dessus des oreilles, tatouages patriotiques, et une « Common Whore »
  • Do the windmill = Faire l’hélicoptère. Ils étaient bien surpris que je connaisse ça, ahhh la culture graveleuse n’a pas de frontière 🙂

 

Et voici plus de photos sur picasa!

Publicités