Premier bandit camping

Normalement, je devais redormir chez mon hébergeuse locale, mais à la suite d’un changement de plan de sa part, ça n’a pas été possible. C’est aussi ça les joies du Couchsurfing. Heureusement j’ai maintenant mon van !

Il s’agit d’un magnifique Toyota Chubby Van, deux place, sans plomb et doté une bonne patate. Mais bien sur qui consomme autant qu’un breton assoiffé ! Pour une présentation de la bête, direction le site de mon loueur, avec une magnifique vidéo que je recommande vivement de regarder, surtout toi Fabien, ça va te faire marrer .

Après avoir acheté quelques vivres et m’être rendu à l’évidence que les campings sont déjà fermés, je pris donc la fameuse « Stuart Highway », la seule route qui permet de traverser l’Australie de Darwin à Adélaide. On m’a dit qu’il y avait quelques aires de repos dans lesquelles il est possible d’y passer la nuit. C’est parti ! Cette route commence par une 2×3 voies, limitée à 80, puis 90 km/h, puis se réduit à 2×1 voie, telle une banale départementale française. Et surprise, la limitation passe cette fois à 110 km/h, puis 130 Décidément, ces descendants d’anglais font tout à l’envers.

Et bien sur, la nuit tombe, tout le monde m’a dit d’éviter de rouler la nuit à cause des trop nombreuses collisions avec des animaux. Donc je cherche vite une aire de repos… je cherche… je cherche… Je me suis alors résolu à passer la nuit dans un coin un peu à l’écart. Après avoir vainement cherché dans des zones encore trop près des habitations, j’arrive alors en plein « Bush », l’Australie sauvage, quasi déserte.

J’arrête le véhicule, un petit sachet de nouilles instantanées plus tard, au dodo ! Et c’est tout de même à la fois magique et intimidant de dormir sous un magnifique ciel étoilé. On entend des bruits bizarres d’animaux autour de moi, cela fait tout de même un peu peur. La température baisse mais reste chaude, et je m’endors au au milieu des arbres clairsemés du bush.

Le lendemain, je repris la route vers Katherine, à mon rythme pour ne pas trop consommer. Et comme je suis un touriste et que j’ai un van et que je peux m’arrêter quand je veux (et ouais !), et bien je m’arrête tout le temps pour admirer tout cela. Ainsi, je prend des routes parallèles mais non goudronnées, celles là même que j’ai interdiction de prendre selon mon contrat de location…

Je vois aussi des gros rochers, des perroquets, des voitures abandonnées.

Voilà, c’est l’aventure quoi !

Mais bon ce soir, petite nuit au camping, j’ai besoin d’une douche et visiblement il y a une piscine. Et ça n’a jamais fait de mal de se décrasser un peu.

Devinette du jour : qu’est ce que ce sont ces innombrables monolithes géants?

–       Réponse A : d’anciennes fumerolles

–       Réponse B : d’anciennes sources chaudes pétrifiées

–       Réponse C : des termitières

–       Réponse D : des menhirs déposés là par un Obélix aborigène du nom de Obelurumku

Publicités