Le tour de Lombok

Voilà, nous revenons d’un petit tour de l’île de Lombok. Pour cela, nous avons loué une magnifique Dahiatsu. Bien que confortable, moderne et climatisée, cela ressemble à une grosse boite en ferraille montée sur un moteur de rasoir électrique : je suis obligé de repasser la première dès le faux plat…

Farniente...

A peine plus grande que sa voisine Bali, cette île est moins marquée par le tourisme de masse mais aussi moins culturelle. En effet, Lombok est musulmane, marqué d’une pointe d’hindouisme (du aux balinais expatriés), et donc les magnifiques temples de Bali n’ont pas leur pendant à Lombok. A la place, nous trouvons d’assez rares mosquées, neuve ou en construction (et donc d’un charme assez Kitsch), et un arrière pays rural authentique.

L’île est abrite aussi le peuple Sasak, officiellement musulmans, ils pratiquent un culte mélangeant l’islam, l’hindouisme et des pratiques animistes.

De notre coté, nous avons loué une voiture pour faire l’itinéraire suivant :

–       Sengiggi : station balnéaire face à Bali (et donc y ressemblant, les temples en moins)

–       Les îles Gili : magnifiques petites îles paradisiaques. Nous n’avons malheureusement pu nous rendre que sur la plus touristique : Trawangan. Bars, discothèques… nous fuyons nous isolé dans un bungalow d’un hotel désert dans une zone déserte, et où malheuresement on ne peut pas nager… Mauvaise pioche ! En contre partie, nous jouons un peu les robinsons !

–       Senaru : au pied du volcan Rigiani, c’est le départ des ascensions du mont. Faute de temps (cela demande 3-4 jours de marche), nous nous replions vers une courte rando vers des chutes d’eau magnifiques (en nous faisant racketté de 20 000 Rp au passage par la mafia locale, mais nous avons réussi à éviter l’inévitable guide pour descendre un simple escalier).

–       Tetebatu : de l’autre coté du Volcan, la végétation est plus verdoyante, on se promène entre les rizières et plantations de tabac. Très authentique mais conduite très éprouvante (routes cabossées, vaches, sorties d’écoles…). Hotel au confort rustique mais mignon, dans les rizières, géré par le sympatique et excentrique Gugun. Dommage que nous y restons qu’une nuit.

–       Kuta : à ne pas confondre avec le Kuta de Bali. Ici point de discothèques, mais une plage à surf tranquille, quelques bars et hôtels sympathiques. Encore une fois, pas de baignade, marée basse et rochers… Le temps pluvieux est décevant mais les paysages restent magnifiques.

–       Retour à Sengiggi après une affreusement longue route dans la circulation indonésienne. Mais conduire dans le centre de Lombok, passer de rizières à zones urbanisés est assez intéressant… on voit le vrai pays, pas celui des touristes !

Une semaine de mer, campagne, montagne en résumé !

Delphine a eu à la fois son diplôme ET la tourista depuis deux jours, et nous profitons donc de deux jours de pause à Sengiggi. Moi c’est passé, c’était pas bien méchant… je peux désormais manger autre chose que du riz blanc ! Nous avons tout de même pu arroser cela avant le déclanchement des hostilités.

Photo mystère :

Photo mystère

Que me dit Delphine à cet instant précis :

A –       « J’ai bien envie de manger ces épinards ! »

B –       « T’as pas envie d’essayer de fumer ces feuilles de tabac ?»

C –       « Tu penses que ces betteraves sont prêtes à être récoltées ? J’ai faim ! »

D –       « Tu crois que je peux faire pipi dans les salades? »

E –       « Tu veux pas me faire une petite potée aux choux ? »

NB : déguisé en conversation imaginaire, ces savoureuses répliques ne sont prétexte qu’à vous faire deviner la nature de ces plants.

Publicités