« Bali, c’est fini » (air connu)

De retour de notre expédition à Lombok, et après un interminable trajet mêlant mini-bus et ferry, nous voilà à Sanur. Petite cité balnéaire sur la côte sud-est de Bali, cette plage est souvent choisie par les touristes comme camp de base pour visiter Bali (avec Kuta et Ubud). Même si cela reste très touristique (plage, hôtels, restaurants, etc.), on reste loin des excès de Kuta, on dirait même que c’est un peu trop tranquille.

Le fameux Babi guling !!!

Nous y posons donc nos valises (enfin nos sacs à dos), permettant à Delphine de finir de récupérer de sa petite turista. Malheureusement, il n’y a pas de récifs  coralliens accessibles ni poissons sur cette plage pourtant d’un bleu magnifique. En effet suite à l’urbanisation massive et à la pêche à la dynamite, la plage a disparu et est désormais artificielle.

Niveau culinaire, mis à part d’ineffables restaurants touristiques, nous avons pu gouté le fameux « Babi Guling », le cochon roti (et très épicé), spécialité de Bali. Et enfin on a mangé notre meilleur poisson, dans une gargotte du marché. Quelques roupies et un gout pour une fois très raffiné !

Enfin, pour quitter en beauté Bali, nous décidons de louer les services d’un chauffeur pour aller voir le temple de Tanah Lot et le coucher de soleil sur Uluwatu. Forcément, on nous propose des arrêts dans des ateliers de bijous, peintures… (sans obligation d’achat…), et bien sur nous arrivons trop tard pour le coucher de soleil sur le temple d’Uluwatu. Enfin Tanah Lot est magnifique mais bien évidemment Mont-St-Michelisé, avec une véritable ville de boutiques souvenir avant d’y accéder.

Tanah Lot

Et pour finir, on nous propose, plutôt impose, un dîner sur une plage. C’est encore une fois l’industrie avec une énorme plage remplie de tables, avec tout de même une vue sur le coucher de soleil, les prix sont évidemment européens (comptez 20-30 euros pour un poisson grillé).

Forcément, nous étions assez déçus et mécontent car nous n’avons vu qu’un seul temple et un repas beaucoup trop cher (nous n’avons pris qu’un seul plat pour deux). Bien sur, le chauffeur nous a joué une belle comédie pour nous expliquer pourquoi il ne pouvait pas nous faire de réduction !

C’est sur cette « belle » journée, à l’image du séjour à Bali, que nous quittons cette île

Publicités