Voyage en Albany

Attention, blog très très en retard. Faut dire aussi que je ne voyage plus trop depuis que je travaille. Donc voilà, un post qui a plus d’un mois de retard…

J’ai laissé Delf et Max partir vers le nord. Je vais commencer ma vie australienne en solo. Et pour bien commencer, je n’avais pas réservé d’auberge alors que le CHOGM commençait, et donc que tout hébergement à Perth était pris d’assaut. La reine, Babeth II, a décidé de venir à la conférence des chefs de gouvernement du Commonwelth. Et elle a eu la bonne idée de faire ça à Perth, le weekend où je cherche à y loger en urgence!

Après avoir brièvement envisagé de dormir sous un pont, j’ai donc décidé de partir en weekend à Albany (et non en Albanie). Après 6h à faire connaissance avec, Vladimir, un vieux monsieur d’origine Serbe qui me raconta sa passionnante aventure fuyant les Nazis, pour arriver en Australie, j’arrive à Albany !

Albany est un ancien port baleinier sur la cote sud, tout prêt de Denmark (et non du Danemark). Reconvertie désormais en petit port paisible exportant les céréales produite dans le sud-ouest australien. Comme partout en Australie, ils sont hyper fier de leur « longue » histoire qui se résume comme partout : « la ville de xxxx a été fondée comme colonie pénitentiaire en 18xx ». On peut donc visiter les anciens cachots, le bateau ayant amené les « convicts » (prisonniers). La ville est alors devenue la capitale du nouvel état d’Australie Occidentale, car étant idéalement située comme port escale sur la route des indes. Avant d’être rapidement évincé par Perth pour de vagues considérations politiques. Vexée, elle s’est reconvertie en port de pêche à la baleine, dont le musée est l’attraction du coin.

De nos jours, les backpackers passent à Albany pour ses magnifiques spots de plongée (épaves), et les magnifiques plages, rochers, arches naturelles et « the gap » (voir le blog de Delf et Max qui y sont passé). Malheureusement, n’ayant pas de voiture et vu les distances australiennes,  je me contente des choses accessibles à pied. C’est à dire le centre ville composé de 2 rues et un fort joli chemin de randonnée côtier. Le reste sera pour une autre fois…

Ce fut finalement un weekend assez dépaysant car en effet, on a plus l’impression de se trouver dans un port du sud de l’Angleterre, vieilles bâtisses victoriennes et paysages verdoyants.

Coté hébergement, je suis tombé dans la meilleure auberge que j’ai pu faire en Australie jusqu’à présent : 1849 Backpackers. Calme, propre, très amical, internet gratos, bonne ambiance, barbecue gratuit le samedi soir, pas de caution pour les couverts, lit confortable. J’ai passé de bon moments avec une bande de potes constituée Ad Hoc de français (moi même), japonaise, australien, suisse-allemand, allemande, danoise. Enfin, afin d’aller à la rencontre de l’autochtone, nous optâmes pour une soirée au Pub suivi de la seule boite de nuit d’Albany. J’y ai aussi fait la connaissance de sympathiques aborigènes, seul endroit en Australie où j’ai pu voir occidentaux et aborigènes faire la fête ensemble !

Photo Mystère

Qui est ce personnage ayant sa statue érigée de manière incongrue au milieu du chemin de randonnée côtier, déjà à plusieurs kilomètres de la ville ?

A – Mustafa Kemal Atatürk : premier président turc, que le gouvernement australien a voulu honorer ici à Albany car le paysage ressemble à s’y méprendre à la Turquie.

B – Mustafa Kemal Atatürk : premier président turc, que le gouvernement australien a voulu honorer ici à Albany car il ADORAIT venir ici, pour y manger de l’émeu et chasser le kangourou.

C – Mustafa Kemal Atatürk : premier président turc, que le gouvernement australien a voulu honorer ici à Albany car il a libéré l’Albanie, le pays (humour australien)

D – Mustafa Kemal Atatürk : premier président turc, que le gouvernement australien a voulu honorer ici à Albany car c’est à Albany que partirent les troupes australiennes pour aller le combattre (ils honorent leur pire ennemi, donc).

Publicités