Born to be wild

Après notre petite frayeur de la veille (panne de batterie), c’est avec soulagement que le van démarre! Pour fêter cela, nous roulons, roulons, quittons le parc de Kakadu pour rejoindre celui de le parc National de Nitmiluk et ses fameuses Edith Falls.

C’est l’occasion de prendre la fameuse Stuart Highway. Mais si souvenez vous, c’est la route qui traverse le centre de l’Australie du nord au sud, une simple « deux-voies » où l’on roule à 130 km/h en toute légalité. En même temps, elle ne fait « que » 3000 km…

Born to be wiiild

Beaucoup de gens sont déçus par Edith Falls. En effet, près du parking il y a un agréable bassin alimenté par une chute d’eau, une belle pelouse, les gens s’y baignent. Ca sent les vacances, c’est sympa, mais… c’est un peu trop aménagé et un peu trop peuplé (disons une vingtaine de personnes) pour l’Outback australien. Et surtout pas de quoi justifier de venir jusqu’ici.

Edit falls, le gros bassin près du parking

Cependant, après une courte mais belle randonnée ponctuée d’agréables points de vue, la magie opère. Une série de bassins séparés par de belles chutes d’eau s’offrent à nous. En pleine nature, seuls les « sportifs » viennent jusqu’ici (oui, il y a bien une demi-heure de marche). Belle récompense!

Enfin, nous reprenons la route, changeant de plan au fur et à mesure que la nuit tombe, afin de trouver un endroit pour passer la nuit. Si possible gratuit et agréable, tout en nous rapprochant de Darwin où nous devons déposer Marine qui reprend le travail. Nous arrivons donc à une aire de camping absolument sauvage, sans sanitaire mais en pleine nature, près d’un ruisseau. Parfait pour faire un feu, se faire griller un fillet de kangourou accompagné de patates à la cendre et d’une petite ratatouille. Bon appétit!

Publicités